An Óige, [åne o-i-ga], la Jeunesse, vaste programme !

Cela ne veut pas dire que le gaélique a quelque chose contre an Seanaois, [åne chanishe], la vieillesse, mais rubrique-ci nous allons mettre an óige à l’honneur, cette époque formidable de la vie, qui hélas ne dure pas longtemps. Comme dans toutes les cultures une attention spéciale est apportée en gaélique à la Jeunesse, vue comme l’âge de l’apprentissage de la vie.

 

‘Mol an óige agus tiocfaidh sí’
[molle åne eo-i-ga aguess tchoki chi] ‘Louez la Jeunesse et elle viendra’

 

Nous l’avons compris, on doit être gentil avec les jeunes. Pour la petite histoire, ‘An Óige’, qui signifie tout simplement ‘la Jeunesse’, est aussi le nom de la Fédération Irlandaise d’Auberges de Jeunesse, la version irlandaise de la FUAJ française. Heureusement, tout comme en France, le nom est trompeur et il n’y a pas de discrimination, les moins jeunes pouvant également y séjourner, en effet, une bonne application du dicton qui suit, issu directement de la sagesse gaélique.

 

Tá onóir ag an aois agus uaisle ag an óige’
[tå onore èg åne ishe aguess ushla èg åne eo-i-ga ] ‘L’Age est honorable et la Jeunesse est noble’

 

Les légendes irlandaises parlent souvent de la différence entre jeunesse et vieillesse. La différence par excellence étant celle de la jeune fille, ‘an cailín óg’, qui doit résister aux avances du vieil homme, thème assez répandu dans les légendes celtes. Les psychologues nous disent d’ailleurs que ce thème n’a pas été choisi par hasard, mais illustre un vrai souci de l’époque où les jeunes hommes ne disposant pas de biens ni de bétails, ne pouvaient pas se marier. Or, le temps qu’ils se constituent un patrimoine, ou tout simplement qu’ils en héritent à la mort de leurs parents, ils étaient devenus vieux. Alors seulement ils partiraient à la recherche de la ‘cailín óg’ et le cycle infernal continuerait. Deux légendes classiques traite de ce sujet, celle du vieux roi Conchúr Mac Nessa qui voulait s’emparer de la jeune Deirdre, tandis qu’elle préférait le jeune et beau Naoise, et celle du vieux guerrier Fionn qui avait jeté son dévolu sur Gráinne, qui elle était attirée par le jeune Diarmaid.

 

‘Is buachaill deas óg mé’
[isse beukaïle djasse oogue mé] ‘Je suis un jeune beau garçon’

 

Tout n’est pas facile pour les jeunes non plus ! La chanson ‘Bríd Óg Ní Mháille’, le jeune Bríd, la petite fille de Máille, est l’exemple d’une histoire d’amour non partagé. Le jeune prétendant chante les qualités de Bríd, dont l’une est d’être ‘óg’, il précise que lui aussi il est ‘óg’, ‘is buachaill deas óg mé’. Mais comme rien n’est facile dans les chansons d’amour gaéliques, ce dernier découvre sa bien aimée à la sortie de la Messe dominicale, à côté du mari qu’elle vient d’épouser !

 

Peut-être la solution est-elle de simplement rester jeune éternellement ? Les légendes irlandaises y ont pensé ainsi qu’aux inconvénients. Il existe en effet l’histoire de Tír na nÓg [tire na noogue], qui signifie le pays de la Jeunesse, pays mythique où tout le monde reste jeune. Oisín, le petit fils du mal aimé Fionn, part pour Tír na nÓg avec Niamh, encore une histoire de femme, bien que cette fois moins fatale que Deirdre et Gráinne. Le jour arrive où Oisín veut rentrer revoir sa famille. C’est là qu’il découvre à son grand regret que trois cents ans se sont écoulés et que toute sa famille et ses amis sont morts depuis long temps. Pire, il va tomber de son cheval, toucher le sol et instantanément vieillir de trois cents ans et être transforme en vieil homme.

 

‘Nuair a bhí mé óg’
[noore a vi mé oogue] ‘Quand j’étais jeune’

 

Ci-dessus une phrase bien pratique, mais malheureusement le jour où vous commencez à vous en servir cela sera déjà trop tard ! Les autres vont vous regarder comme une espèce d’extra-terrestre, la personne que le temps a oublié, et hélas cela n’arrive pas qu’aux autres. La phrase ci-dessus est également le nom d’un célèbre livre de l’auteur nordiste Séamus Ó Grianna, où il a raconté par écrit sa jeunesse dans le comté de Donegal dans le nord ouest de l’île.

 

óg [oogue] jeune (adj)
buachaill óg [beukaïle oogue] jeune garçon
cailín óg [kaïline oogue] jeune fille

 

Le mot óg [oogue] jeune, est fort utile. On l’associe aux prénoms, du style Liam Óg, pour faire la différence entre le père et le fils. On peut aussi bien l’appliquer aux noms français, François Óg, ou bien Florence Óg Dupont, en ajoutant le nom de famille après.

 

à lire, Ireland of the Proverb, Liam Mac Con Iomaire, Town House

© Chronique-gaélique 2003 – tous droits réservés
Dernière mise à jour : dimanche 25 mars 2007
Un site-express réalisé gracieusement par ICS pendant la récré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *