SAVOIR PARLER du VIN

“un simple et humble travailleur dans la vigne du Seigneur”

Benoît XVI parlant de lui-même, le jour son élection

(pour la petite histoire, Benoît en bon gaélique se dit
Maolbheannachta de Maol + Beannachta,
[maëlle vannockta] Servant + du Béni)

 

Benedict_XVIIl n’y a pas beaucoup de vignes ni d’industrie viticole en Irlande : on ne peut pas être la plus belle île du monde et avoir du vin en plus. En revanche le vin a toujours été connu en Irlande, (manière de dire que le commerce international existe depuis la nuit des temps et que la mondialisation n’a rien de nouveau, en tous cas en ce qui concerne le vin). Les légendes des Celtes insulaires irlandais parlent des beuveries des guerriers à base de vin, tandis que, et aussi curieux que cela puisse paraître, les mêmes légendes ne parlent que très rarement de la bière. Snobisme entre les fermenteurs de grains et des fermenteurs de raisins ? Dans un registre plus pacifique, les Irlandais ont besoin de vin pour la Messe, aussi trouve-t-on du vin en Irlande depuis au moins le 4ème siècle et l’arrivée de Saint Patrick et de ses prêtres. Benoît XVI, à peine élu successeur de Pierre, parle déjà du vin, belle image biblique… et c’est l’occasion d’apprendre quelques mots pour pouvoir parler d’une manière informée sur le vin.

fíon [fiine] vin
fíon geal [fiine gal] vin blanc
fíon dearg [fiine djareug] vin rouge

gort [gorte] champ
fíonghort [fiinegorte] le vignoble

Maintenant pour impressionner vos amis et briller en société, nous allons prendre nos verres, mater, humer, contempler, et enfin exprimer, en bon gaélique châtié comme il se doit :

Tá ‘ robe’ aige
[tå robe ègueu]
Il a de la robe
mot à mot, ‘une robe est a lui’

Comme en gastronomie, le terme français est souvent conservé quand on parle du vin dans une autre langue. Toutefois, si vous voulez, vous pouvez toujours employer des mots gaéliques. Ci dessous un petite lexique pour vous dépanner. Notez la façon dont les trois premiers mots se ressemblent, ce qui n’a rien d’étonnant, le français et le gaélique puisant tous les deux aux mêmes sources indo-européennes, et donc latines :

cos [kos] cuisse
corp [corpe] corps
róba [rooba] robe
srón [schrone] nez
toradh [torro] fruit

Tá corp aige
[tå corpe ègueu]
Il a du corps.

‘An fhíniúin agus saothar an duine’
[åne iniune aguess séhar åne dinna ]
‘fruit de la vigne et du travail des hommes’

fíniúin [finiune] cépage, la vigne
saothar [séhar] œuvre
saothróir [séhroure] travailleur
saothróir fíniúna [séhroure finuna] vigneron

Michel Montignac est un inconditionnel du bon vin. Dans ‘Boire du vin pour rester en bonne santé’ (Flammarion 1997) il est formel, il faut boire pas moins de quatre verres de vin rouge par jour. Pascal Ide est plutôt contre, dans ‘ Les 7 Péchés Capitaux’ (Mame Edifa 2002), il fulmine : ‘la gourmandise – dans le solide comme dans le liquide – dispose à certaines attitudes extérieures : la tendance au bavardage, à la multiplication des paroles inutiles; une exubérance, un manque de maîtrise dans les gestes qui peut aller jusqu’à la bouffonnerie ; une négligence physique qui affecte la dignité et blesse la politesse”. Il aurait pu être plus bref et nous donner simplement le dicton gaélique suivant :

‘Nuair a bhíos an braon istigh bíonn an chiall amuigh’
[noore a viouse åne braine ishti bione åne kialle amui]
‘Quand la goutte est dedans le bon sens est dehors’

 

 

Temp_coll_Irlandais

Un appel à la tempérance
Chapelle St Patrick
Collège des Irlandais, Paris.
Voir ce lien.

 

© Chronique-gaélique 2003 – tous droits réservés
Dernière mise à jour : dimanche 25 mars 2007
Un site-express réalisé gracieusement par ICS pendant la récré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *