Se vêtir

Le mac léinn (l’étudiant) tourne tout naturellement ses pensées de temps en temps vers les pulls en laine, les imperméables ou les bottes en caoutchouc. L’habit ne fait pas le mac léinn, le pull en laine non plus. Le vrai mac léinn prend son allure vestimentaire très au sérieux et se doit donc de connaître les mots et les phrases nécessaires à ses égarements dans le monde merveilleux du vêtement. Voilà le programme de cette petite rubrique, et commençons avec la lessive !

Is uaigneach an líne gan léine
[isse ouignock one ligna gone lainya] C’est triste la corde à linge sans chemise

L’image ci-dessus exprime l’idée qu’une maison n’est pas une vrai maison sans un homme. Homme égale chemise, vision restrictive de la masculinité. Comme nous le reverrons plus loin, la sagesse gaélique a souffert beaucoup depuis l’arrivée de l’habillement mixte, les femmes s’étant emparées des vêtements jadis exclusivement masculins. On ne sait plus où on est.

Níl aon seanstoca ná faigheann seanbhróg.
[neel aine chane-stoca na failleyon chanevrogue] Il n’y a pas de vielle chaussette qui ne trouve pas de vielle chaussure

Belle phrase positive et politiquement correct. On ne s’y trompe pas avec une vielle stoca. A travers l’orthographe du mot nous trouvons le mot bróg [brógue] , qui est passé en langue anglaise pour décrire un type de chaussure de marche très solide. Continuons à regarder nos pieds.

Fear ab fhearrr ná é níor sheas riamh i mbróig
[far ab ar ná é nior chase riav eu mrógue] Un meilleur homme n’a jamais porté de chaussures.

L’Irlande n’a pas toujours connu la richesse, le fameux tigre celte est tout récent, et le bróg n’a pas toujours été à la portée de tout le monde. Ceci peut expliquer la fascination que nous éprouvons envers le humble bróg. Aussi curieux que cela puisse apparaître, les Anglais ont utilisé le mot une seconde fois, pour qualifier aussi l’accent irlandais, le bróg. Maintenant levons les yeux et observons ce qui se passe lors des fêtes de fin de l’année. Par la phrase ci-dessous nous pouvons en déduire que la sagesse nous vient directement du Donegal, dans le nord ouest de l’île.

Bia is deoch na Nollag, éadach glan ná Cásca.
[bia isse djuck na nullig, édoque glan na causqua] Boire et manger au Noël, nouveaux vêtements à Pâques

 

bróg [brógue] chaussure
slipéar [sli-paire] pantoufle
stoca [stuqua] chaussette
riteoga [ritoiga] collants
bríste [brishta] pantalon
sciorta [skirta] jupe
filleadh beag [phileau biogue] kilt
brístín [brishtine] culotte
fobhríste [faux-vrista] slip
gúna [goúnna] robe
crios [chris] ceinture
léine [léna] chemise
cíochbheart [crique-vart] soutien-gorge
geansaí [gainsi] pull
seaicéad [jacques-quaid] veste
carbhat [carvate] cravate
cóta [quota] manteau
hata [hata] chapeau
bréidín [brédine] tweed
culaith [kúli] vêtements
culaith bréidín [kúli brédine] vêtements de tweed

Quelques commentaires sur la liste ci-dessus.

Filleadh, un pli, filleadh beag, un petit pli, un kilt. Oui, les Irlandais aussi portent le kilt, tout comme leurs cousins les Écossais. Par contre, les Irlandais n’ont pas de tartan, les fameux motifs écossais,. Le kilts irlandais est plus simple, à couleur unique, vert ou safran. Mais tout comme chez les Écossais, seuls les hommes ont le droit de le porter, pas les femmes ! Noter dans le cas présent homme égale kilt. Il n’y a rien de plus choquant ni de plus contre la nature que de voir une jeune fille en France se balader en jupe écossaise. Cyrillus a mis le monde à l’envers.

Autre grande spécialité irlandaise, le geansaí, sorte de grand pull en laine. Jadis il était aussi un moyen d’identification pour les marins pêcheurs. Chaque famille avaient sa maille de tricotage distinctive. Celle-ci servait à identifier les corps rejetés sur les plages après les noyades. Traditionnellement le geansaí était blanc, c’était le style de tricotage qui servait à l’identification, puisqu’après quelques jours dans la mer les couleurs n’aurait plus été les mêmes.

C’est bientôt Noël, un certain bonhomme habillé en rouge va passer. Les enfants en France laissent un tout petit slipéar dans la cheminée. En Irlande les enfants sont plus malins, ils y laissent une énorme stoca !

Joyeux Noël,
Nollag Shóna !

 

© Chronique-gaélique 2003 – tous droits réservés
Dernière mise à jour : dimanche 25 mars 2007
Un site-express réalisé gracieusement par ICS pendant la récré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *