SALUTATIONS de BON ALOI

Dans toute conversation formelle et de bon aloi, saluer son interlocuteur est une des toutes premières choses que l’on fait. Dans beaucoup de langues européennes ceci consiste à souhaiter à l’autre un jour qui sera bon, quoi qu’en fonction de l’heure, de la coutume et de la rotation de la terre ce peut être également un bon après-midi, un bon soir ou une bonne nuit. En gaélique formel on a une toute autre manière de souhaiter du bien à l’autre, on ne regarde pas la position du soleil mais quoi que soit l’heure on veut que Dieu soit associé, on souhaite à son interlocuteur que Dieu soit avec lui, un souhait donc beaucoup plus transcendantal, en fait une bénédiction.

Dia duit
[djia ditch]
Dieu à toi
Bonjour (1er)

La réponse est encore plus remarquable, la personne interpellée souhaite à son interlocuteur que Dieu et Marie, Sa Mère, soient avec lui.

Dia is Muire duit
[djia iss moura ditch]
Dieu et Marie à toi
Bonjour (2ème)

Et, bien que peu pratiqué, le premier peut riposter en ajoutant le Saint Patron d’Irlande, Saint Patrick lui-même.

Dia is Muire is Pádraig duit
[djia iss moura iss pådrig ditch]
Dieu et Marie et Patrick à toi
Bonjour (3ème)

Le gaélique a une relation toute privilégiée et un respect tout particulier pour Marie, la Mère de Dieu. Elle a sa place dans beaucoup de bénédictions, dont celle ci-dessus, et elle a son propre prénom, Muire [Moura], que personne d’autre ne porte. Les ‘autres’ Marie s’appellent Máire [moïra]. La tendance

MadonnaChild

Naomh Muire, Sainte Marie,
Notre Dame, Mère de Dieu
Livre de Kells,
célèbre Bible illuminée irlandaise
du 9ème siècle

très marquée en gaélique formel à donner des bénédictions continue tout au long de la journée. Si vous rencontrez quelqu’un en plein travail vous pouvez lui souhaiter que Dieu bénisse son travail… cela fait toujours plaisir, un peu de solidarité avec la Masse Laborieuse !

Beannacht Dé ar an obair
[banak djé èr åne obeur]
La bénédiction de Dieu sur le travail

Côté étymologie, une bénédiction, une beannacht, est une bonne occasion de voir comment le gaélique et le français puisent dans le même puits linguistique, à savoir l’indo-européen et le latin, ce qui explique que beaucoup de mots se ressemblent. Excepté que les Irlandais, jusqu’au 13ème siècle, ayant du mal à prononcer le ‘p’, consonne sourde, ils l’ont remplacé par la consonne sonore correspondante ‘b’, beaucoup plus facile à dire. Opus, opéra, est donc devenu obair [obeur]. Cette difficulté à émettre le ‘p’ a longtemps posé un problème pour la prononciation de Patrick, aussi pendant des siècles le Saint Patron d’Irlande fut-il appelé Cutrick !

  beannacht bénédiction
  Dieu
  obair travail

En quittant quelqu’un, voilà encore l’occasion de lui faire une bénédiction :

Slán agus Beannacht
[slone oguesse bannocque]
Salut et Bénédiction

Quand vous écrivez une des formules classiques pour terminer votre lettre est aussi d’aborder une bénédiction.

Le gach dea-ghuí
[le göck dja guy]
mot-à-mot : avec toute bonne prière
ce qui correspond à ‘meilleures salutations’

… à noter que le gaélique est merveilleusement économe, il est quand même difficile de faire aussi long que le français et son ‘je vous prie de croire, Monsieur, Madame, à l’expression de mes sentiments les plus distingué’ … on peut passer le message et sauver des arbres le même temps !

stpaticon
© Chronique-gaélique 2003 – tous droits réservés
Dernière mise à jour : dimanche 25 mars 2007
Un site-express réalisé gracieusement par ICS pendant la récré.

Laisser un commentaire