LE SENS DE L’ORIENTATION

Avoir ou ne pas avoir le sens de l’orientation ? Il y en a qui n’en ont pas de tout, il y a d’autres qui se débrouillent tant bien que mal : ne perdons plus le nord, mettons une bonne fois pour toute les points cardinaux dans nos têtes. En Irlande toute la signalisation routière est bilingue gaélique / anglais. On a donc le choix par exemple d’aller vers le ‘south’, mot tout à fait banal, ou de partir vers an Deisceart, ce qui est beaucoup plus exotique.

tuaisceart [touche-karte] nord north
deisceart [djeche-karte] sud south
iarthar [ir-hare] ouest west
oithear [oie-hare] est east

Les noms des points cardinaux changent quand nous ajoutons le sens du mouvement. Ceci permet une expression beaucoup plus riche.

ó thuaidh [o hu-i] vers le nord  
ó dheas [o yasse] vers le sud  
siar [chire] vers l’ouest  
soir [choure] vers l’est  

Nous sommes maintenant en position de pousser deux petites chansonnettes. Vous ne connaissez pas les airs ? Attrapez le prochain Irlandais que vous croisez. Ou bien investissez dans le CD ‘Óró na Casaidigh’ , quatorze chansons gaéliques classiques très accessibles, interprétées par six frères de la famille Ó Casaide (disponible chez RTÉ Music Ltd, Domhnach Broc, Baile Átha Cliath 4, Irlande).

‘Trasna na dtonnta dul siar, dul siar’
[trasna na donnta, dolle chire, dolle chire]
‘à travers les vagues, allant vers l’ouest vers l’ouest’

‘Trasna na dtonnta’, est un incontournable du répertoire des chansons traditionnelles. La chanson célèbre la joie de se trouver sur un bateau fendant les vagues vers l’ouest, siar, pour rentrer en Irlande. Dans la chanson d’après, ‘Óró mo Bháidín’, notre joyeux marin chante toujours sa joie, mais cette fois il va vers l’ouest, siar, pour partir d’Irlande, à travers l’immensité Atlantique. L’auteur, le célèbre Patrick Pearse, nous dit qu’il ne rentrera pas aniar, de l’est, avant la nuit de la fête de Saint Jean. Ce qui est remarquable est qu’il compte faire tout cela dans un curach, un type de coracle, petit bateau primitif typique de l’Ouest d’Irlande. Difficile, mais pas impossible ! Dans les années soixante-dix les chercheurs ont prouvé, en construisant un grand curach et refaisant le voyage, que les moines irlandais ont effectivement pu faire la traversée de l’Atlantique au 6ème siècle, comme cela nous est raconté dans les récits de Saint Breandán, le navigateur. Désolé Colombus !

‘Crochfaidh mé seolta is rachaidh mé siar
Óro mo churaichín ó !
‘S go hOíche Fhéil’ Eoin ní thiocfaidh mé aniar,
Óró mo bháidín’.

[krokfi mé cholta isse roki mé chire
ô-roe mo korakine ô !
isse goh hi-ha éil aune ni tchoki mé anire
ô-roe mo vodjine!]

Je vais hisser la voile et j’irai à l’ouest
Oh ho ! mon petit curach,
Et jusqu’à la nuit de la fête de (saint) Jean, je ne reviendrai pas vers l’est,
Oh ho ! mon petit bateau.’

Nous avons vu qu’il y a des mots spéciaux quand il s’agit d’un mouvement vers les points cardinaux. Sachez qu’il y a également des mots spéciaux pour quand on revient ! Par exemple, deisceart, le sud, ó dheas, vers le sud, et aneas, en provenance du sud :  on ne peut qu’admirer le sens d’orientation gaélique.

an ghaoth aneas [one gi anasse] le vent du sud  
taobh thiar de [téve hire de] du coté ouest, derrière  

Curiosité, le gaélique pour derrière. Par exemple : derrière la maison, taobh thiar den teach, signifie mot à mot ‘à l’ouest la maison’, que la maison soit orientée au nord, au sud ou à l’ouest. Autre curiosité, le mot cúige ‘province’. Le mot vient de cúigiú, un cinquième, car historiquement l’Irlande était découpée en cinq régions. Aujourd’hui il y a quatre régions en Irlande, mais on continue à parler de quatre cinquièmes !

Les quatre provinces:

Ulaidh [Olli] Ulster, au nord.  
Laighin [laïène] Leinster, à l’est  
Mumhain [munne] Munster, au sud  
Connachta [khonakta] Connaught, à l’ouest  

Et l’ancienne province dont on ne parle plus, mais dont le nom ressemble étrangement à la fortune des Bettencourt :

Oirial [oréal] Oriel, au centre nord est  

‘Na ceathair cúigí na hÉireann »
[na kaheur kouigi na héranne]
‘les quatre provinces / cinquièmes d’Irlande’, donc l’Irlande entière, terme employé dans la même veine qu ‘en France et en Navarre’.

Logique et actualité oblige, le gaélique fait bien la différence là ou le français continue à faire des erreurs géographiques remarquables. En effet, la part d’Irlande sous administration anglaise n’est pas le nord de l’Irlande, mais le nord est. Ce n’est pas l’Ulster non plus, mais seulement six des neufs comtés de la province. En Gaélique on parle de na Sé Chondae, les six comtés. Il suffit de savoir compter !

 

© Chronique-gaélique 2003 – tous droits réservés
Dernière mise à jour : mardi 24 janvier 2006
Un site-express réalisé gracieusement par ICS pendant la récré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *